Mémoires d'exils : images et paroles missionnaires

Escale - débarquement des passagers à DoualaL'expérience missionnaire est toute entière expérience d'exil. Saut dans l'inconnu. Non pas exactement dans la lignée du peuple de l'Ancien Testament. Ni dans celle du peuple huguenot du 18e siècle, persécuté, dispersé aux quatre coins de l'Europe et jusqu'au-delà des mers.

Le départ en mission est exil volontaire, fruit d'une décision mûrement réfléchie. Il est réponse à un appel exigeant, total. En quittant patrie, famille, repères, c'est sa vie que le missionnaire met en jeu, parfois même celle de ses proches. Il se rend disponible pour une « œuvre » qui le dépasse infiniment, et à laquelle il se doit sans réserve. Il y va d'un sacrifice consenti en obéissance à une volonté « supérieure ».

Cet exil, même choisi en accord avec de motifs si profonds, si sérieux, est source de craintes autant de que d'espérances. Il n'est pas sans tension ni douleur : isolement, désillusions, dépression. Occasion de découverte des autres, il est autant - sinon plus - découverte de soi par les autres.

Ishé Kwandé et Mokwae en visite chez M. et Mme BrummerEt le missionné précisément, l'autre ? Ne vit-il pas également un passage, un saut dans l'inconnu ? Que savons-nous de son exil à lui, "païen" devenu chrétien qui, sans quitter sa terre, son village, sa famille, change d'identité ? Son parcours est-il destiné à rester dans l'ombre ? Que quitte-t-il au juste, à quoi renonce-t-il ? Lui qui prend le risque de devenir étranger à son propre milieu, que trouve-t-il en retour ?

L'exposition part en quête d'indices : quelles sont donc les traces de ces expériences d'exil ? Elle emprunte pour cela plusieurs voix. Elle est invitation à suivre plusieurs pistes dont la responsabilité est laissée à chacun des concepteurs qui comme autant d'explorateurs ont accepté de relever le défi.

L'exposition s'appuie sur les collections photographiques de la Société des missions évangéliques de Paris. Réciproquement elle vient éclairer celles-ci d'une lumière surprenante.

Les photos missionnaires sont "objets de l'exil" car elles sont "mémoire d'exil". Elles donnent à entrevoir quelque chose de ce qui se joue dans ces basculements d'existence. Elles sont autant de lieux où se déchiffrent expériences de ruptures et ré-invention d'histoires individuelles ou collectives

Assurément aussi, les photos missionnaires sont « objets en exil ». Coupées depuis longtemps de leur contexte de production historique, social, culturel, idéologique, relationnel, elles sont comme « en suspens », en attente d'un nouveau souffle, d'une nouvelle vie.

> Exil - dignité par Alexandra Loumpet-Galitzine

> Exil - distance par Emilie Gangnat

Commissariat d'exposition : Alexandra Loumpet-Galitzine, Claire-Lise Lombard, Emilie Gangnat
Réalisation : Emilie Gangnat
© Défap-Service protestant de mission, 2008 


A l'origine de cette exposition, se trouve le projet de POexil, groupe de recherche interdisciplinaire basé à l'université de Montréal au Canada, qui se consacre à l'étude des phénomènes d'écriture dans les conditions d'exil et de diaspora. Alexandra Loumpet-Galitzine, Alexis Nouss et  Boris Chukhovich, membres de POexil, sont les créateurs du concept original utilisé pour la présente exposition sous le titre „Objets de l'exil, objets en exil“.