Newsletter n°19 - Septembre 2018

PDF-picto


Les dernières acquisitions


Vous pouvez retrouver sur notre site internet toutes les acquisitions de la bibliothèque au 1er semestre 2018. >>> ICI

Publications et travaux récents





le-grand-siecle-d-une-mission-protestante-la-mission-de-paris-de-1822-a-1914
  •  BUNDY, David, « The French protestant experience in Francophone world christianity :  Jean-François Zorn and the history of the Société des missions évangéliques de Paris » In : The Journal of World Christianity, vol. 8, n°1, 2018, p. 4-28

Relevant d’une sphère que l’on pourrait qualifier de minoritaire, le christianisme de type protestant et francophone, « produit » de facteurs aussi divers que le Réveil, l’entreprise missionnaire, l’histoire coloniale, mais aussi, sur une période plus récente, les migrations internationales, est souvent absent des écrans-radar de la recherche (en particulier hors du monde francophone…).

David Bundy voit dans la publication du livre de J.-F. Zorn en 1993 (Paris, Karthala, réédité en 2012) un moment clé où cet état de chose a connu un (début de) renversement : par le cadre que cet ouvrage pionnier pose pour toute analyse ultérieure, par les pistes qu’il a ouvertes pour tant de recherches possibles… D. Bundy propose un tour d’horizon (non exhaustif !) des questions  déjà explorées depuis cette date, et élargit l’horizon à tous les domaines qui mériteraient encore notre attention.

Originalité d’un regard venu d’outre-atlantique qui met en évidence, dans le prolongement d’une histoire spécifique, la place  occupée aujourd’hui par ce protestantisme au sein du christianisme mondial.



Quelques livres pour prolonger les vacances...

L-origine-des-autres






  • MORRISON, Toni et Laferrière, Christine, (trad.). L’origine des autres. Paris : Christian Bourgeois, 2018, 96 p. (Cote : 120.25 (7) MOR)

     

Présentation : Un essai ardu à lire dans l'écriture mais aussi dans la complexité des propos. A travers les exemples de l'esclavage, de la ségrégation et des migrations contemporaines, T. Morrison s'interroge sur les notions de race et de racisme véhiculées dans la littérature américaine. En analysant ses propres récits, elle questionne l'individualité de chacun. Comment fabrique-t-on l'Autre ? Et si l'Autre n'était qu'une partie projetée de nous-mêmes, l'étranger inavouable - parce qu'inacceptable – en nous ?


bm_CVT_Vague-a-lame-au-Botswana_5087
  • MCCALL, Alexander et KERN, Elisabeth (trad.). Vague à l’âme au Botswana. Paris : 10/18, 2015, 251p. (Cote : 120.29 MCC (VAG))

Présentation :  3e tome d’une série qui en compte 17, ce roman nous replonge dans les péripéties de l’Agence n°1 des Dames Détectives. Mma Ramotswe doit gérer son Agence, un déménagement, la dépression de son fiancé, une enquête dans la famille d’’un homme d’Etat et les promotions successives de son assistante-détective, Mma Makutsi. Cette dernière, promue directrice par intérim du garage dudit fiancé, mène l’enquête dans un concours de beauté. A. McCall Smith, né au Zimbabwe, est doué pour faire émerger devant nos yeux les paysages du Botswana, et nous faire sourire avec ses personnages. Un polar drôle et savoureux !




COUV_JULLIEN_V2
  • JULLIEN, François. Il n'y a pas d'identité culturelle : mais nous défendons les ressources d'une culture. Paris : L’herne, 2016, 93 p.  (Cote : 280.16 JUL)

Présentation : Un petit livre au titre assurément provoquant ! Même si le sous-titre — absent de la couverture —est là pour clarifier le propos ! Sa lecture constitue à coup sûr un stimulant à la réflexion pour tous ceux       qu’intéresse — et qu’interroge — l’évolution de nos sociétés vers le multiculturalisme.

Comment d’une part « résister à l’appauvrissement des cultures, leur aplatissement généré par la standardisation mondiale, c’est-à-dire d’abord commerciale », tout en évitant « le basculement dans l’envers du commun qu’est le communautarisme, qui lui-même est une réaction identitaire contre cette uniformisation forcée. »

Partant d’une mise en question des concepts de « différence » et d’ « identité » dans leur prétention à s’imposer de manière universelle, l’auteur propose de leur préférer les notions d’ « écart » (entre-deux) et de « ressources ». Car il s’agit avant tout d’ « activer nos ressources culturelles », et se demander celles « que l’on peut exploiter aujourd’hui, à partir desquelles du commun peut se promouvoir. »



>> retour haut de page


Exposition


  • "Peintures des lointains" du 30 janvier 2018 au 06 février 2019

Le musée du Quai Branly consacre une exposition aux premiers artistes partis à la rencontre des peuples « lointains », sur des terres encore mal connues des Occidentaux. Comment ont-ils dépeint ces territoires si différents de l'Europe ? Quel regard ont-ils porté sur les peuples « rencontrés » ?

L’exposition cherche à éclairer l’évolution de ce regard occidental sur « les lointains », à travers des œuvres appartenant au MQB et exposées pour la première fois depuis la fin du Musée des Colonies.  : de Madagascar au Congo, de Tahiti aux comptoirs de l’Inde, principalement des peintures et des dessins - paysages, portraits, scènes de la vie quotidienne. Nous est ainsi donnée l’occasion de découvrir nombre d’artistes peu connus mais aussi de croiser quelques grands noms comme Matisse ou Gauguin.

Suite de cette exposition, le « Magasin des petits explorateurs » interroge aussi l’évolution du regard occidental sur l’Autre à travers un ensemble de productions (littéraires — dont des publications de la SMEP, images, jeux...) à destination de la jeunesse parues dès le 19e s. Le catalogue de l’exposition vient éclairer et enrichir cet ensemble : on y trouve par exemple un article d’Anne Ruolt sur les tirelires missionnaires dont nous avions parlé dans la Newsletter n° 17.




04igi

>> retour haut de page


Visites à la bibliothèque


  • A la découverte des littératures d'Afrique                                                                                                    

"Des langues aux livres, ou de Thomas Mofolo à Antjie krog : à la découverte des littératures d'Afrique"

Tel était le titre d’un atelier-découverte expérimenté devant deux publics différents : un groupe de jeunes catéchumènes et, début juillet, lors de la traditionnelle Formation des envoyés du Défap.

L’idée de base est simple : faire appel à la littérature comme medium pour aller à la rencontre d’autres univers culturels, à la découverte des autres, mais aussi de soi-même ! 

L’originalité de cet « atelier » ? Entrer dans les littératures d’Afrique par le biais de l’histoire missionnaire. Et  ouvrir par là l’horizon sur des littératures en langues africaines…


Thomas Mofolo © Defap

mofolo

En 1925 paraît à Morija, station missionnaire de la SMEP au Sud de l’Afrique, un roman en langue sotho, Chaka, qui va  trouver place au sein du patrimoine littéraire mondial. Biographie imaginaire du chef zoulou du même nom qui vécut au début du 19e siècle, il a pour auteur Thomas Mofolo, instituteur de la Mission, devenu assistant éditeur. Publié à Londres en traduction anglaise en 1931, Chaka connaît sa première édition française en avril 1940 à la NRF, dans une traduction du pasteur missionnaire Paul Ellenberger. 1940 : une bien mauvaise période pour un roman ! Gallimard réédite Chaka en 1981, cette fois avec une préface de JMG Le Clézio. La littérature de langue sotho, née à la fin du 19e siècle, à l’ombre de la Mission protestante, est toujours bien vivante en 2018 mais qui le sait ?

En 2009, Antjie Krog (née en 1952), journaliste, traductrice et écrivaine sud-africaine, de langue à la fois afrikaans et anglaise, connue en France pour La douleur des mots, chronique engagée de la Commission Vérité et Réconciliation, publie Begging to be black… quête de soi, d’une Africanité par delà la couleur de la peau, selon plusieurs fils narratifs entrecroisés, dont une revisite de la rencontre historique entre le chef sotho Moshoeshoe et les missionnaires Casalis, Arbousset et Gosselin sur la montagne de Thaba Bosiu en 1833.



>> retour haut de page


La vie secrète de nos photos



Les photos de notre fonds d’archives ont leur vie propre  ! Elles nous entraînent sur des routes surprenantes au gré des demandes venues de tous les coins du monde.

Pour des documentaires :

  • « Les Routes de l’esclavage », diffusé sur Arte (également en DVD) : photos de l’Asile de Saint Louis du Sénégal du pasteur Walter Taylor (Compagnie des Phares et Balises) ;

  • sur le missionnaire Paul Pasteur, parti en Nouvelle-Calédonie (1919-1925), pour France Ô (société de production Bonne Compagnie) ;

  •  « Les Poilus Kanak », réalisé par François Reinhardt, retraçant l’histoire de ces oubliés de la Grande Guerre, interview de Gilles Vidal - pour la chaîne France Ô (What's Up Productions) ;

Pour des expositions :

  • sur la fin de la Première Guerre mondiale et ses conséquences à Bitche (Société d’histoire et       d’archéologie de la Lorraine) ;

  • sur les personnalités de l'île de Lifou,  organisée par la Mairie de Lifou (photos de Marguerite Anker, infirmière missionnaire, demande de Frédéric Angleviel) ;

Pour des livres (à paraître prochainement) :

  • Unser Land ? Lesotho’s schweizerische Nationalhymne, par Andreas Baumgartner, Matthias Schmidt de l’Université de Bâle, sur l’histoire de l’hymne national du Lesotho ;

  • Magic, Memory : curating Paul Denys Montague, par Julie Adams, conservateur au British Museum : sur un anthropologue et voyageur en Nouvelle-Calédonie, mort sur le front en 1917 à 27 ans ;

  • Congruent imaginaries : transacting power, bodies and fantasies in Equatorial Africa, (Duke University press) par Florence Bernault, enseignante en histoire de l’Afrique à Sciences-Pô ;

  • Une petite histoire du Cameroun allemand par Robert O’Neil, historien américain (photo de Rudolf Manga Bell et famille en 1902)






Walter Taylor © Defap

taylor


>> retour haut de page


Si vous souhaitez vous abonner à / désabonner de cette newsletter, merci de nous le signaler en utilisant le formulaire.



>> retour haut de page