Oscar Rau en Chine

Récit d'un missionnaire suisse

Oscar Rau part en Chine envoyé par la Société des missions évangéliques de Paris. Mais il est de nationalité suisse.

Sans surprise, c'est dans une revue de Lausanne, " La Famille, journal pour tous", destiné "à l'instruction et au délassement", qu'il publie en 1868 ses premiers souvenirs. Ce récit initial, publié sous forme de feuilleton, est intitulé "Une visite aux T'aé-pings ou révoltés chinois" et sous-titré "Souvenirs de la vie missionnaire". On peut supposer que Rau le rédige en faisant appel à sa mémoire vraisemblablement aidée par des éléments notés sur le vif.
 
Le choix de cet épisode témoigne de la conscience qu'il avait d'avoir vécu des événements d'une certaine importance historique.



Cinq ans avant son décès intervenu en 1927, Oscar Rau écrit pour ses enfants six cahiers de ses souvenirs de Chine. Il s'agit d'un texte qui relate de façon beaucoup plus complète son séjour en Chine. Enfin, en 1960, son fils adresse une version tapuscrite de ces souvenirs, soit près d'une centaine de pages, à la Direction de la Mission de Paris. Dans le courrier joint à cette occasion, il dit "espérer que ce document pourra vous être de quelque utilité et vous donnera des renseignements sur ce qu'était la Chine à ce moment-là". 
En 2015 enfin, le petit-fils d'Oscar Rau, Jean-Philippe Rau, reprend ce texte pour en proposer une version annotée.