Paul Laffay (1889-1917)

Missionnaire en Nouvelle-Calédonie, tué à Monastir (Macédoine) le 28 mars 1917

Recherches dans les archives et idée originale : Jean-François Faba
>> Voir la vidéo sur Paul Laffay et l'introduction à l'exposition
 
 

Paul Laffay, portrait réalisé avant son départ en mission

Paul Laffay : portrait réalisé à la veille de son départ en Nouvelle-Calédonie.

Ses années d'études de théologie à Montauban entre 1908 et 1912. Sa consécration au ministère pastoral en octobre 1912 dans le temple parisien de l'Oratoire du Louvre : elle a lieu le jour même de son départ pour la Nouvelle-Calédonie !

>> retour haut de page

________________________________________________________________________________________________
Courrier de candidature auprès de la Société des Missions

Ci-dessus : Premier courrier de Paul Laffay adressé au pasteur Jean Bianquis, directeur de la Société des missions évangéliques de Paris - Suresnes, août 1908. Laffay, âgé de seulement 19 ans, envisage de partir comme missionnaire. Il est encore étudiant à la Faculté de théologie de Montauban, et probablement en congés à cette période de l'année chez ses parents. Son père est pasteur à Suresnes.

_________________________________________________________________________________________________
Carte montrant la place de la Nouvelle-Calédonie dans l'Océan pacifique

Carte tirée de l'Atlas des missions édité par la Société des missions en 1922.

Le Sontay, navire à vapeur emprunté en 1915 par Paul Laffay de Nouméa à Marseille. Son voyage dure 63 jours !

Ce même bateau sera coulé par un sous-marin allemand en 1917.
En 1916, après sa sortie de l'Ecole de sous-officiers de Saint-Maixent, Laffay met tout en oeuvre auprès de ses supérieurs de l'Infanterie coloniale pour être autorisé à accompagner le contingent indigène venant de Nouvelle-Calédonie. Dans ses lettres à Jean Bianquis, il affirme que tel est son devoir (voir ci-dessus).
_________________________________________________________________________________________________

Natas, je vous dis : A Dieu ! Nous nous retrouverons là-haut dans le ciel, où il ne peut y avoir de guerre. Soyez forts dans le travail que Dieu vous a confié. Que la Calédonie vive ! Elle vivra si vous lui donnez votre vie... A Dieu, natas, je vous aime, et que Dieu soit avec vous !


Laffay à Houaïlou, en Nouvelle Calédonie, avec Maurice Leenhardt et les Natas


















Paul Laffay à Houaïlou, Nouvelle-Calédonie, aux côtés de Maurice Leenhardt et des natas. Vers 1913.

>> retour au dossier sur le site du Défap

Ci-dessus à gauche : Récit de la main de Maurice Leenhardt de l'annonce de la mort de Paul Laffay aux natas. Ce texte est destiné à la publication dans le Journal des Missions. Leenhardt y reprend à la fois le texte de la lettre posthume de Laffay aux natas et la lettre des natas aux directeurs de la Société des missions (voir ci-dessous).

On voit dans le manuscrit  les marques de l'éditeur !

Ci-dessus à droite : Le Journal des Missions évangéliques (JME) publie in extenso dans son numéro d'octobre le texte de Leenhardt en commençant par la lettre des natas.

Lettre du Nata Joané suite à la mort de Laffay
Lettre du Nata Joané suite à la mort de Laffay

Ci-dessus : Lettre des natas, signée par le nata Joané et adressée au directeur de la Société des missions évangéliques de Paris, Jean Bianquis, suite à l'annonce de la mort du missionnaire Paul Laffay - Do Néva, Nouvelle-Calédonie, 20 juillet 1917. En langue de Houaïlou. Texte traduit en français par Maurice Leenhardt pour publication dans le JME.

_________________________________________________________________________________________________

Le Journal des Missions consacre à Laffay un article biographique de plusieurs pages dans  son numéro de septembre 1917. Impressionnant témoignage du désarroi suscité par la mort d'un homme jeune et brillant, en qui la Mission avait placé, après seulement deux années passées en Nouvelle-Calédonie, tous ses espoirs pour la relève.