Zambie : l’indépendance


« Dans les pays qui ont déjà réalisé leur indépendance, nous croyons que les chrétiens sont appelés à jouer un rôle capital dans l’édification d’une société consciente de ses responsabilités. Ce rôle est joué, en premier lieu, grâce à l’intégrité des membres de l’Eglise qui occupent de hautes positions dans la vie de la nation. Les membres de l’Eglise devraient être encouragés à accepter de telles charges publiques et à considérer leur fonction comme une vocation chrétienne. »

Déclaration commune des participants au Séminaire « L’obéissance chrétienne dans l’Afrique d’aujourd’hui » organisé à Genève par le Département des laïcs du COE,Journal des missions évangéliques, 1960, p. 14.


Le président de la République de Zambie,
le Dr Kenneth Kaunda



« L’esprit africain a de la peine à penser en termes de : « ou bien, ou bien ». Il est ouvert à des influences qui lui font souhaiter de penser en termes de : « l’un et l’autre. » Cette attitude mentale vient, je crois, du sentiment d’habiter un monde très vaste dans lequel il n’y a pas de barrière entre le naturel et le surnaturel. Tout ceci revient-[il] à dire que les Africains sont encore primitifs et ont besoin d’instruction pour apprendre à penser comme les Occidentaux ? Je repousse énergiquement cette prétention. Il n’y a pas une façon africaine et une façon européenne d’équilibrer un budget ou d’obtenir la fission de l’atome. Il faut obéir aux lois scientifiques et aux lois économiques. Mais dans le domaine des relations humaines, je prétends que l’approche africaine peut être à la fois profondément juste et en même temps plus humaine. En tout cas, elle évite le danger de traiter les hommes comme des choses. »


Source : Kenneth Kaunda, Une politique pour l’homme en Afrique : lettres adressées au pasteur Colin Morris, Paris, Les Bergers et les mages, 1970, pp. 30-31.


Famille écoutant la radio de Lusaka, c. 1960.Photo : Nigel Watt / Northern Rhodesia Information Department.


« Nous croyons que les Eglises d’Europe occidentale ont pour responsabilité de pousser leurs gouvernements à aider plus libéralement les pays sous-développés…Si les pays occidentaux ont des responsabilités spéciales, les pays bénéficiaires en ont également. S’ils utilisent mal l’aide reçue d’Europe, ce n’est pas seulement à leur propre pays qu’ils portent tort, mais encore aux autres pays se trouvant dans les mêmes conditions… Les chrétiens ont une responsabilité particulière qui consiste à veiller à l’humanisation des activités économiques et à influencer l’opinion publique relative à ces questions ».


Source : « Les responsabilités particulières de l’Europe à l’égard de l’Afrique et de l’Asie : compte-rendu de la Rencontre œcuménique européenne à Odensee, Danemark, du 8 au 11 août 1958 », sous les auspices du Département Eglise et Société de la Division des Etudes du Conseil Œcuménique des Eglises, cité dans : Christianisme social, mai-juin 1959, pp. 304-306.



Ferme de Kalushi, école de Kitwe, irrigation des lopins de terre, Zambie, c. 1965. Photo : John Taylor / COE.